OCRTIS – policiers mis en examen : halte au feu !

AEF -20 octobre 2017 –Mouvement des policiers des stups, les syndicats de magistrats dénoncent le comportement des enquêteurs.

La présidente du Syndicat de la magistrature demande, une « réponse forte » de la ministre de la Justice quant aux « pressions exercées sur les magistrats » par les policiers de l’office central de répression du trafic illicite de stupéfiants. « Il s’est produit, lundi 16 octobre 2017, un événement notable : plusieurs dizaines de fonctionnaires de police de l’Ocrtis ont symboliquement décidé de ‘rendre les armes’ et ont fait savoir, dès le lendemain, aux juges d’instruction […] L’Union des officiers demande une réforme du cadre juridique.

 

Pour aller plus loin :

 

 

Communiqué de l’Union des Officiers en date du 19 octobre 2017

Les pratiques d’enquête de l’office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants sont de nouveau remises en cause par la JIRS : un commissaire divisionnaire ex-chef de la division opérationnelle et un commandant chef de groupe de ce service sont inculpés dans le cadre du démantèlement d’un trafic international de cocaïne en 2013.

Entre colère et crainte devant une telle insécurité juridique, ils manifestent leur exaspération par des dépôts d’armes, des clôtures de procédures en cours et des arrêts maladie. L’Union des officiers demande que le Ministre de l’Intérieur intervienne pour débloquer cette situation, et prévient : il ne saurait être question d’une quelconque action disciplinaire à l’encontre de ces agents. La résolution ne pourra s’effectuer que par le dialogue et la médiation.

 

 

Courrier du syndicat de la magistrature au garde des sceaux en date du 18 octobre 2017